• AL LASCA

Votre conseiller en gestion de patrimoine (CGP) est-il réellement « indépendant » (CGPI) ?

Historiquement, les conseillers en gestion de patrimoine qui exerçaient leur profession au sein de cabinets spécialisés se présentaient comme « CGPI » : conseillers en gestion de patrimoine indépendants. Cette appellation avait vocation à les distinguer de l’activité des banques, elles aussi chargées de conseiller leurs clients dans la gestion de leur patrimoine, mais en leur proposant des produits exclusivement « maison ».


Par exemple, la banque X propose à son client produit X. D’autant plus que les banques sont connues pour avoir des objectifs périodiques de vente de produits. Dans ces conditions, difficile d’attendre d’elles un conseil en gestion de patrimoine objectif.


Le Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) se targue quant à lui de la possibilité de pouvoir proposer à son client un produit X, Y ou Z, et donc de pouvoir choisir le produit le plus adapté à son client.


Mais quand il commercialise un produit, le cabinet de gestion de patrimoine perçoit une rémunération de la part du fournisseur qui prend la forme d’une « rétrocommission » : le fournisseur lui reverse ainsi une partie des frais qu’il prélève sur le produit pour rémunérer sa mise en relation, c’est-à-dire l’intermédiation.


Dans ce cadre, le CGP va-t-il vraiment choisir le produit Z s’il ne perçoit sur celui-ci que 0.6%, alors que le produit Y le rémunère à hauteur de 1% ?


Dans ces conditions, difficile pour le client de pouvoir espérer trouver un conseil objectif. L’indépendance capitalistique prônée par ces cabinets de gestion de fortune pouvant être remise en cause par les rémunérations financières perçues dans le cadre de l’intermédiation réalisée.


Mais désormais la règlementation européenne est venue poser un cadre à tout cela, et c’est le « I » qui succède aux lettres CGP qui va permettre de choisir un gestionnaire en patrimoine dont le jugement ne sera pas biaisé par la rémunération dégagée. En effet, pour se présenter comme gestionnaire patrimoine indépendant, il faudra désormais ne plus percevoir de rétrocommissions, et être rémunéré exclusivement en toute transparence par son client et via des honoraires.


Petit bémol à cette évolution de réglementation, elle ne concerne que l’agrément de Conseiller en Investissement Financier (CIF) soumis au visa de l’autorité des marchés financiers (AMF).


Qui sommes-nous ?


CleanMyShare est un portail d'information et de transparence qui a pour objectif de sensibiliser l’épargnant au bon fonctionnement de son épargne. De la répartition des frais en assurance vie et de leur redistribution aux différents intermédiaires, à la qualité des sous-jacents en adéquation avec les objectifs de l’investisseur, CleanMyShare souhaite vous apporter tous les codes pour décrypter au mieux vos produits financiers et vous redonner ainsi le pouvoir sur votre argent.


CleanMyShare a été pensé et réalisé par Scala Patrimoine, cabinet de conseil en gestion de patrimoine indépendant à Paris (CGPI). Les équipes de Scala Patrimoine sont régulièrement primées par la profession pour la qualité du conseil délivré (Classé Excellent selon le magazine Décideurs) et œuvrent quotidiennement en faveur d’un conseil financier indépendant.  




82 vues